Les garages zurichois pourront bientôt effectuer des contrôles ultérieurs

11 mars 2019 upsa-agvs.ch – Les automobilistes zurichois pourront bientôt éviter de se rendre au Service des automobiles pour un contrôle ultérieur : début mars, la Direction cantonale de la sécurité a signé un accord portant sur la procédure de confirmation de réparation (PCR) avec la section zurichoise de l’UPSA.
 

Ils se réjouissent de l’accord : (de g. à dr.) Peter Kyburz, directeur du SAN du canton de Zurich, Christian Müller, président de la section zurichoise de l’UPSA, le conseiller d’État Mario Fehr et Diego De Pedrini, secrétaire de la section zurichoise de l’UPSA.


abi. «Une bonne solution pour toutes les parties.» C’est par ces mots que le conseiller d’État zurichois Mario Fehr (PS) a résumé l’accord. «Il est intéressant écologiquement car il élimine de nombreux trajets inutiles, il renforce l’attractivité des garagistes et la population profite d’itinéraires plus courts.»

Avec la PCR, les garages zurichois auront le droit d’effectuer eux-mêmes des contrôles ultérieurs pour le compte du service des automobiles (SAN) du canton de Zurich. Les garages devront pour cela satisfaire divers critères concernant, par exemple, le personnel et l’infrastructure. Pour garantir la qualité, le SAN auditera les établissements proposant la PCR ou contrôlera les véhicules réparés sur la base d’un échantillonnage. «Nous avons toute confiance dans les garagistes et dans l’UPSA», déclare M. Fehr. «L’association est synonyme de qualité.»

Peter Kyburz, directeur du SAN, d’ajouter : «Nous imposons des exigences strictes aux entreprises. Elles doivent travailler proprement car le ‘CVM’ est une marque précieuse.» Un cadre étroit a été défini pour que les normes de qualité soient respectées. L’accord régit également les sanctions. «Ceux qui ne respectent pas les règles seront exclus», souligne M. Kyburz.

Il est lui aussi persuadé que les automobilistes apprécieront de pouvoir se rendre chez leur garagiste plutôt qu’au SAN en cas de défaut moyen. « Nous en tirerons aussi des avantages en termes d’exploitation », affirme-t-il. « Nous pourrons par exemple mieux gérer notre charge de travail et nous gagnerons en flexibilité. » Environ 40 000 contrôles ultérieurs sont effectués chaque année.

Sous la houlette du président
La PCR n’est pas une nouveauté en Suisse : les cantons d’Appenzell, de Saint-Gall, de Thurgovie, des Grisons, de Schwyz et du Tessin appliquent déjà un accord similaire qui se fonde sur un contrat souscrit entre la section locale de l’UPSA et le service cantonal des automobiles. Pour que cela soit également possible dans le canton de Zurich à l’avenir, il a fallu une intervention parlementaire « de laquelle Christian Müller a extrait le meilleur en vue d’une mise en œuvre judicieuse », affirme M. Fehr.

Christian Müller est le président de la section zurichoise de l’UPSA et conseiller cantonal PLR. L’accord avec le canton a été conclu sous sa houlette. «Pour le garagiste, la PCR constitue une belle opportunité de se positionner en prestataire de mobilité», indique-t-il. «Il ne s’agit toutefois pas d’un modèle commercial, mais plutôt d’un service que nous pourrons proposer à l’avenir.» La PCR soulage également les garages car les garagistes devaient souvent amener eux-mêmes les voitures de leurs clients au centre d’essai pour les contrôles ultérieurs.

Objectif : lancement début 2020
Lors d’une prochaine phase, l’UPSA définira les critères exacts qui s’appliqueront aux entreprises et mettra en place une base de données reliée au SAN par le biais d’une interface. Les garages pourront ensuite faire acte de candidature. L’UPSA est également chargée des audits. «Si tout se déroule comme prévu, nous pourrons effectuer les premiers contrôles ultérieurs début 2020», affirme M. Müller.
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Commentaires