« C’était un honneur, et on nous a regardés avec de grands yeux. »

30 octobre 2017 upsa-agvs.ch – Autres pays, autres ateliers. Telle fut l’expérience de Thomas Gut et de Stefan Eberhard pendant leur « Jobtausch » (échange d’emploi) au Kenya comme les téléspectateurs ont pu le constater vendredi sur SRF 1.​


srh. Le 27 octobre 2017, Thomann Nutzfahrzeuge AG faisait une apparition remarquée à la télévision suisse. Deux collaborateurs ont passé une semaine au Kenya dans le cadre de l’émission « Jobtausch ». En contrepartie, deux mécaniciens kenyans sont venus à Schmerikon. « Ce fut une semaine intense », se remémore Luzi Thomann, qui a lui-même déjà travaillé deux ans en Namibie. Il a ressenti un enthousiasme extrême de la part des deux hôtes kenyans. « Cela a été une nouvelle expérience incroyable pour eux de constater que nous nous réunissions pour la pause de dix heures. »
 
Stefan Eberhard et Thomas Gut rient en pensant à leur aventure au Kenya. « L’atelier était en fait une arrière-cour et le sol, de la terre glaise imprégnée d’huile », raconte S. Eberhard. « Le stock de pièces détachées était une cabane en tôle ondulée où les pièces étaient disposées sur les étagères, les anciennes à côté des nouvelles. » Les outils étaient une denrée rare. « Chaque mécanicien avait sa boîte à chaussures, qu’il verrouillait. C’était la prunelle de leurs yeux », d’après T. Gut. Privilège indéniable, ils ont pu utiliser le multiset du chef : « C’était un honneur, et on nous a regardés avec de grands yeux. »
 
Point de vue ordre, Thomas Gut et Stefan Eberhard ont là aussi vécu certaines histoires cocasses : « Ils ont démonté une boîte automatique en la faisant tomber trois fois. Ils l’ont remontée, on ne sais comment, et ça a marché. » Deux moteurs en pièces détachées sont en outre restés au sol pendant toute la semaine. « Nous les avons remontés le vendredi, et ils marchaient », raconte T. Gut en riant.
 
Essai sur route en centre-ville
Il n’y a pas que l’atelier et l’équipement qui étaient aventureux. Une partie de l’équipe de tournage a été arrêtée à deux reprises. « La première fois sur le trajet de l’aéroport à la ville : nous étions sur la voie de dépassement pendant que la police parlait à notre chauffeur. La deuxième fois, nous sommes passés devant un poste de police, caméra au poing, et les policiers se sont jetés sur nous avec leurs armes. Nous leur avons montré notre autorisation de tournage, et tout est rentré dans l’ordre. » Ils se remémorent leur essai sur route en centre-ville avec un sentiment étrange : « Nous roulions à plus de 100 km/h et avons doublé la police. Le chef dit simplement : ‹ C’est une voiture de rallye, il faut rouler vite ›. »
 
Leur hospitalité leur est restée en mémoire. « Nous logions chez la directrice, qui nous a libéré sa chambre pour dormir sur le canapé. » Et ils n’avaient pas le droit de quitter la maison sans petit-déjeuner. Le dernier jour, ils ont visité un parc safari sans équipe de tournage à proximité de Nairobi. « Cela tenait à cœur du chef », explique Thomas Gut.
 
SRF Jobtausch

Pour en savoir plus sur le garage Thomann Nutzfahrzeuge AG, lisez le numéro de novembre d’AUTOINSIDE.
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie