Les garagistes ne sont pas seuls à la ­recherche d'un successeur

Swiss Business Hub

Les garagistes ne sont pas seuls à la ­recherche d'un successeur

19 juin 2024 agvs-upsa.ch – Une solution de succession pour son propre garage doit être mise en place suffisamment tôt et de manière bien réfléchie. Les garagistes peuvent compter sur un soutien dans ce domaine ­complexe et émotionnel. Roman Wuermli et Toni von Dach du Swiss Business Hub donnent des informations dans l’interview. Mike Gadient


La plate-forme Swiss Car Hub soutient les garagistes lorsqu’il s’agit de trouver la solution de succession idéale. Image : Shutterstock

Qui est intéressé par un garage Honda dans le canton d’Argovie ? « Le garage a une clientèle fidèle et ses quatre à cinq collaborateurs réalisent un chiffre d’affaires annuel de 1,3 million de francs », peut-on lire dans une annonce correspondante sur le site Internet du Swiss Car Hub. Le prix de vente se situerait entre 500’000 et 700’000 francs.

Le Swiss Car Hub est un secteur du Swiss Business Hub. Les courtiers de la branche sont spécialisés dans la vente de moyennes entreprises dans les pays DACH et conseillent les propriétaires lors de rachats. L’offre du Swiss Car Hub comprend l’achat et la vente d’entreprises automobiles, l’identification de partenaires commerciaux et d’opportunités de reprise ainsi que le développement de stratégies de croissance dans l’industrie automobile.

Roman Wuermli est CEO du Swiss Business Hub GmbH, tandis que Toni von Dach est partenaire indépendant du Swiss Business Hub et propriétaire d’Automotive Support GmbH. Tous deux recherchent des acheteurs appropriés et jouent le rôle d’intermédiaire entre l’acheteur et le vendeur.
 





Toni von Dach, partenaire indépendant Swiss Business Hub GmbH et propriétaire d’Automotive Support GmbH.
 






Roman Wuermli, CEO du Swiss Business Hub GmbH.

Quels sont les garages qui vous contactent pour chercher un acheteur ?
Roman Wuermli, CEO du Swiss Business Hub GmbH : Avant toute chose, nous devons segmenter un peu le marché. Tous les garages ne se valent pas. Nous distinguons les établissements selon qu’ils atteignent une certaine taille et qu’ils sont actifs dans la vente et le service avec un ou plusieurs contrats de marque. Ceux avec service sans vente ou les garages avec concept de garage comme « Le Garage » et autres.

Toni von Dach, partenaire indépendant Swiss Business Hub GmbH et propriétaire d’Automotive Support GmbH : Il y a aussi les ateliers de réparation indépendants. C’est pourquoi nous parlons d’entreprises de deux à trois collaborateurs et d’entreprises comptant jusqu’à près de 100 collaborateurs et dont le chiffre d’affaires est équivalent. Les acheteurs potentiels varient également en fonction du mode de fonctionnement. Pour les exploitants de plus grande taille, ce sont plutôt des groupes d’entreprises qui entrent en ligne de compte en tant qu'acheteurs.

Roman Wuermli : Nos relations nous permettent d’être en contact avec un large éventail d’entreprises automobiles. Toutes ces catégories s’adressent à nous pour trouver des successeurs et des acheteurs.

Quel conseil donneriez-vous aux garagistes pour qu’ils ­s’occupent à temps et de manière adéquate de la succession ?
Toni von Dach : Du point de vue du moment, je conseille : le plus tôt possible. Entre la décision de vendre une exploitation et la réalisation effective de la vente, il peut s’écouler jusqu’à trois ans. Dans le meilleur des cas, ce processus peut être nettement plus rapide. Nous accompagnons toujours nos clients tout au long du processus. L’entrepreneur doit également être mentalement prêt à vendre son entreprise. Les points importants tels que l’âge, le moment, la transmission du poste de chef et les projets pour l’après doivent être clarifiés. Si l’entrepreneur n’est pas le seul propriétaire de l’entreprise, il doit également résoudre cette situation au préalable.

Comment le Swiss Car Hub procède-t-il concrètement lors de la vente d’un garage ?
Toni von Dach : Tout commence par une rencontre dans le garage. Nous faisons connaissance et définissons la situation de départ. Ensuite, une documentation de vente pertinente est établie. L’exploitation doit être prête pour la vente et avoir des perspectives d’avenir intactes. Aucun site pollué ne doit être transféré.

Roman Wuermli : Normalement, l’acheteur potentiel procède à une « due diligence ». Si l’entreprise doit être passée au crible, nous, les médiateurs, pouvons également apporter notre aide. Il n’y a rien à cacher. Nous, les intermédiaires, pouvons procéder nous-mêmes à une évaluation approximative de la valeur intrinsèque, de la valeur de rendement et de la valeur de l’entreprise. Pour une évaluation détaillée, il est possible de faire appel à une société fiduciaire spécialisée.

Toni von Dach : L’acheteur et nous-mêmes procédons en fonction du plan de communication et d’activités que nous avons défini ensemble. Une liste des premiers intéressés est discutée ensemble avant de planifier les premiers entretiens. De même, nous offrons notre soutien pour la rédaction des contrats de vente et l'organisation de toutes les démarches juridiques et notariales.

En tant qu’intermédiaire et accompagnateur de vente, ­pouvez-vous, si nécessaire, faire appel à des spécialistes ­supplémentaires pour gérer la vente ?
Roman Wuermli : Nous avons un accès rapide à des spécialistes tels que des évaluateurs de biens immobiliers, des juristes pour les contrats de vente plus exigeants, des conseillers fiscaux pour le vendeur et des évaluateurs d’entreprises. Nous pouvons ainsi garantir un traitement rapide de la vente.

En fait, comment pouvez-vous déterminer le prix de vente ? ­Pourquoi demande-t-on entre 500 000 et 700 000 francs pour le garage Honda dans le canton d’Argovie ?
Roman Wuermli : Nous déterminons la valeur substantielle de l’entreprise par le biais des chiffres de clôture et évaluons la valeur de rendement future par le biais de la budgétisation future. Nous obtenons ainsi un calcul réaliste du prix de vente. De plus, les propriétaires vendeurs des exploitations ont leur propre idée de la valeur de vente de leur entreprise. En tenant compte de tous les facteurs, un prix cible est déterminé. Il est également recommandé de faire réaliser une évaluation de l’entreprise auprès du Figas, qui sera considérée comme une évaluation neutre pour l’acheteur et le vendeur.

Le garagiste est-il le seul à décider à qui il veut vendre ?
Toni von Dach : En principe, oui, car il est le propriétaire. Mais si l’entreprise a un ou plusieurs contrats avec des marques de fabricants, les marques veulent savoir qui sera le successeur. Il est donc recommandé de prendre contact avec toutes les parties concernées et d’obtenir leur accord avant de conclure la vente.

Roman Wuermli : Nous, les intermédiaires, effectuons un tri ou une présélection pour le vendeur. Il s’agit de déterminer les possibilités financières de la personne intéressée et de vérifier si elle sera en mesure de gérer un garage. En tant qu’intermédiaire, nous menons les négociations de vente jusqu’à la rédaction d’un projet de contrat de vente. Ensuite, le vendeur est compris dans les négociations finales. Notre approche systématique et coordonnée atteint un taux de réussite des ventes de plus de 80 %.

Plus d'infos
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

14 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Commentaires