Presque comme un café

Produits d’exploitation et additifs

Presque comme un café

7 juin 2024 agvs-upsa.ch – Pour David Kaiser, les additifs sont des solutions intelligentes aux problèmes. C’est pourquoi il s’insurge contre les promesses trop ambitieuses qui jettent le discrédit sur leurs performances. L’expert de Liqui-Moly explique pourquoi et à quoi servent les additifs et comment les garages en profitent. Jürg A. Stettler


L’un des derniers additifs de Liqui Moly est un additif pour carburant sans cendres qui améliore la combustion et accélère plus rapidement à charge partielle. Il a été spécialement conçu pour compenser la perte de puissance due à l’essence E10. Photos : Liqui Moly

Nous ne pouvons pas non plus faire de magie », admet David Kaiser, directeur de la recherche et du développement chez Liqui Moly. Néanmoins, ce chimiste de formation et son équipe ne cessent de développer de nouveaux intrants et additifs qui aident les clients finaux et les garages à résoudre les problèmes et surtout à les éviter. Le dernier exemple en date est l’additif E 10, qui porte également la célèbre inscription rouge et bleue. « Le biocarburant E 10 présente un potentiel de corrosion accru par rapport à la variante E 5. Notre additif compense cela et un autre problème lié au Super E 10 », explique D. Kaiser. « De plus, en cas de trajets fréquents sur de courtes distances ou d’injecteurs encrassés, l’éthanol peut s’accumuler davantage dans l’huile moteur qu’avec un carburant conventionnel. L’additif E 10 élimine les dépôts et empêche leur accumulation, et une protection anticorrosion très efficace protège les composants en acier à long terme.

Des adjuvants ou des additifs tout simplement intelligents
Avec près de 4000 articles, les spécialistes de Liqui Moly d’Ulm (D), dont les produits sont représentés et distribués en Suisse par LKQ Rhiag, proposent un très large assortiment. Il va des graisses, pâtes et produits d’entretien aux huiles moteur et additifs, en passant par les adhésifs et les produits d’étanchéité. Liqui Moly vend dans environ 150 pays et a réalisé un chiffre d’affaires de 917 millions d’euros en 2023. Les additifs et les agents dits d’amélioration de la viscosité représentent aujourd’hui déjà environ un tiers des huiles moteur, le reste étant constitué chez Liqui Moly de trois huiles de base différentes. « Certains fournisseurs jettent malheureusement trop souvent le discrédit sur les additifs en faisant des promesses exagérées », explique D. Kaiser avec un regret évident. Pour cet homme de 43 ans, les additifs ne sont pas des produits magiques, mais tout simplement de la chimie. C’est pourquoi Liqui Moly ne fait pas de promesses exagérées d’économie de consommation. « Nos additifs empêchent tout simplement le moteur de développer une surconsommation au fil du temps en raison d’un encrassement, ce qui peut représenter entre trois et six pour cent en temps normal. »

Pour le chimiste Liqui Moly, les additifs sont des substances auxiliaires ou des additifs qui sont ajoutés en petites quantités. Il est ainsi possible d’adapter ou d’optimiser certaines propriétés dans les huiles et les lubrifiants. « Pensez à votre café, il peut avoir un tout autre goût grâce aux additifs, qu’il s’agisse de crème ou de sucre », explique D. Kaiser. « Il en va de même pour l’essence, le diesel et l’huile, ainsi que pour l’eau de refroidissement. Liqui Moly a spécialement conçu une ligne d’additifs pour les consommateurs finaux et les professionnels. « Avec la version grand public, on ne peut pas casser grandchose ; il s’agit plutôt d’entretien et de lutte contre la pollution ». Il est ainsi possible de procéder à un nettoyage des injecteurs avec une petite somme d’argent, d’éviter ainsi le remplacement des injecteurs, nettement plus coûteux, et d’aider les clients à un prix raisonnable.

Pour D. Kaiser, tous les additifs ne se valent pas. « Il y a ceux qui influencent le liquide porteur, comme les additifs anti-mousse : si de la mousse se forme dans l’huile, la pression de l’huile chute, ce qui peut rapidement entraîner des dommages. Les additifs anti-mousse sont également présents dans le diesel, car sinon il mousse beaucoup et le réservoir de 50 litres est déjà plein après 45 litres parce que cinq litres de mousse se sont formés ». Les améliorants dits « pourpoint », qui empêchent l’agglomération des cristaux de paraffine et abaissent ainsi le point de congélation d’une huile de base, ou encore les améliorants de fluidité et les antioxydants, sont également importants. « Les additifs tensioactifs constituent un deuxième groupe passionnant d’additifs », ajoute le directeur de la recherche et du développement, avant d’énumérer : « Lubrifiants solides, réducteurs de friction, additifs anticorrosion et anti-usure, désactivateurs de métaux, détergents, agents dispersants et émulsifiants ». Comme nous le regardons maintenant sans comprendre, il nous explique : « Les émulsifiants empêchent la formation d’interfaces entre les milieux aqueux et huileux. Les émulsifiants permettent de lier de petites quantités d’eau, qui n’a aucune propriété lubrifiante, dans l’huile ou le carburant », car 200 à 300 millilitres d’eau (ce qui correspond à 300 litres de vapeur) peuvent être facilement réutilisés par un moteur. « Et les détergents éliminent en quelque sorte les salissures et les dépôts, qui sont ensuite maintenus en suspension par des agents dispersants. Ils peuvent ainsi être transportés vers le filtre à huile ou via le carburant dans la chambre de combustion. Cependant, si la formation d’agglomérats est empêchée, aucune boue d’huile ne peut se former. Ici, c’est donc surtout l’équilibre qui est important. »


Dans le laboratoire de développement de David Kaiser, responsable de la recherche et du développement chez Liqui Moly, l’effet de chaque additif est contrôlé très précisément.

Solution à de nombreux problèmes
Pour David Kaiser, les additifs sont en fin de compte des solutions aux problèmes qui permettent d’obtenir une meilleure dissolution des salissures, un meilleur mélange, des propriétés de haute pression et de lubrification ainsi qu’un comportement différent de la mousse. « Les additifs n’ont pas d’influence sur la capacité à évacuer l’air et l’eau », explique-t-il. « Pratiquement tous nos produits et formules sont le résultat de plusieurs additifs. Et malheureusement, comme pour les médicaments, il y a aussi des interactions et des effets synergiques qu’il faut garder à l’esprit ». C’est ce qui rend son travail si passionnant. « De plus, il est très coûteux de faire un test sur un banc d’essai de moteur et de déterminer si un additif a l’effet souhaité : cela coûte au moins 50’000 euros. » Il est donc préférable de clarifier cela à moindre coût.

Un bon mot-clé, car dans ce que l’on appelle le Car Performance Plan, l’entreprise d’Ulm a réuni 14 variantes de service prédéfinies qui peuvent être combinées et avec lesquelles les garagistes peuvent marquer des points auprès de leurs clients. « Avec peu d’argent et un entretien préventif, on s’assure qu’il n’y aura pas de réparations coûteuses. C’est ce que les clients apprécient », nous fait-il remarquer.
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

5 + 5 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Commentaires