Traductrice entre les cultures

La niche avec des marques inconnues

Traductrice entre les cultures

24 octobre 2023 agvs-upsa.ch – Noyo Mobility SA, qui s’est positionnée en Suisse en 2023, est ­notamment spécialisée dans les marques chinoises. Récemment, ­l’entreprise a annoncé la première livraison du Voyah Free à un 
client en Suisse. À plusieurs reprises, le client a été interpellé au sujet de sa nouvelle voiture, encore largement inconnue en Suisse. Petit aperçu de ce que la start-up a à offrir aux garages suisses. 
Cynthia Mira

20231025_noyo_artikelbild.jpg
Daniel Kirchert, CEO de Noyo Mobility SA, souligne que l’une des tâches principales du processus de vente est de dissiper la peur du client face au manque d’autonomie. Le meilleur moyen d’y parvenir est de voir avec le client à quelle fréquence et pendant combien de temps le véhicule est effectivement utilisé. Photos : Noyo Mobility

Présenter les véhicules là où se trouvent les clients - c’est ce qui leur a semblé important dès le début, raison pour laquelle la mise en place rapide d’une structure de concessionnaires et de services avec des succursales fixes pour le conseil, les tests de véhicules et d’autres prestations a été au centre de leurs préoccupations, explique Daniel Kirchert, CEO de Noyo Mobility SA, à propos du lancement en Suisse. Aujourd’hui déjà, et donc peu de temps après le démarrage, l’entreprise collabore avec le logisticien de véhicules Galliker ainsi qu’avec des partenaires de distribution et de service sélectionnés. Les médias de l’UPSA ont voulu savoir dans quelle mesure les garagistes suisses profitent de leur portefeuille d’offres.

Daniel Kirchert, vous misez entre autres sur l’e-mobilité en provenance de Chine. Pourquoi ? 
Daniel Kirchert, CEO Noyo Mobility AG: Nous ne sommes pas limités aux marques chinoises, mais nous considérons qu’elles sont actuellement leaders en termes de rapport qualité-prix dans le secteur de la mobilité électrique. Cela signifie de grandes opportunités aussi et surtout pour les commerçants. La plupart des experts estiment aujourd’hui que les véhicules électriques représenteront 40 % du marché total en Suisse en 2030. Cela correspond à environ 100000 véhicules. La part des marques chinoises n’est aujourd’hui que de 0,2 % en Suisse. Nous pouvons nous attendre à ce que ce pourcentage atteigne 10 à 20 % au cours des cinq prochaines années. Il y aura donc 10000 à 20000 unités de fabricants chinois. Nous estimons de manière conservatrice que nous pourrons atteindre un pourcentage à deux chiffres du marché avec Noyo.

20231025_noyo_artikelbild2.jpg
Des clients satisfaits : La marque est encore un spectacle rarement vu sur les routes suisses.

Pourquoi avez-vous décidé d’entrer sur le marché suisse ? Quels avantages et quelles différences y voyez-vous ? 
La Suisse, en tant que marché à taille humaine, a la taille optimale pour que le concept Noyo puisse croître de manière organique. L’offre de véhicules électriques disponibles est ici très claire, car de nombreux équipementiers de première monte n’ont tout simplement pas ce marché en ligne de mire. C’est dans cette niche que nous nous engouffrons pour nous développer. Pour nous, il est important d’offrir dès le départ une qualité élevée et le meilleur service possible. Dans notre domaine d’activité complexe, nous ne pouvons pas le faire simultanément dans différents pays européens, où les situations de marché sont différentes. Noyo est bien plus qu’un importateur général. Elle est à la fois un partenaire de service, un garant de la qualité et un expert de l’entrée sur le marché et de la communication. De plus, nous sommes des spécialistes des études de marché pour évaluer quel produit a une chance en Europe et ce qui doit encore être optimisé.

Avec quels partenaires travaillez-vous pour proposer vos services de mobilité ?
En ce qui concerne nos véhicules, nous travaillons déjà en étroite collaboration avec de grands constructeurs chinois, comme ­Dongfeng, avec le Voyah Free, ou le groupe Sokon, avec le Seres, deux véhicules que nous commercialisons en exclusivité en Suisse. Au cours des six à douze prochains mois, nous prévoyons de proposer au moins cinq véhicules et catégories différents, notamment par le biais de la gamme de modèles Dongfeng, dans le segment du luxe et du haut de gamme, mais aussi des modèles d’entrée de gamme à un prix abordable. L’intérêt est ici grand de part et d’autre, car les défis que doivent relever les constructeurs sur le marché européen sont aussi variés que les véhicules désormais proposés. En outre, les groupes automobiles chinois en particulier se heurtent en Europe à des obstacles qu’il est difficile de maîtriser depuis l’étranger. Les mentalités, la compréhension des clients et le cadre juridique sont trop différents. Pour rester dans l’imagé, nous nous considérons comme des démultiplicateurs entre les cultures et les mentalités des distributeurs et des clients. Car dans ce domaine, il y a tout simplement d’énormes différences entre la Chine et l’Europe. 

20231025_noyo_artikelbild3.jpg
Les médias de l'UPSA ont voulu savoir dans quelle mesure les garagistes suisses profitent du portefeuille d'offres.

Dans quelle mesure les garages suisses profitent-ils du portefeuille d’offres ?
Les concessionnaires suisses profitent avant tout de conseils fiables sur un marché encore plutôt inconnu pour eux. Ils ont ainsi l’opportunité de proposer à leur clientèle des véhicules de très grande qualité à un bon rapport qualité-prix, dont nous assurons la publicité et la commercialisation à grands frais. Parallèlement, nous nous occupons également, dans le cadre d’une offre globale, des thèmes liés au service, au financement et à la garantie. Pour y parvenir, nous intégrons des partenaires de services renommés.

Avez-vous des conseils à donner aux garagistes ? Comment réussir un entretien de vente avec des clients qui montrent de plus en plus d’intérêt pour les voitures électriques ?
Nous estimons qu’il est important d’attirer l’attention des acheteurs sur les frais de suivi. Cela signifie faire comprendre aux clients qu’une voiture électrique est rentable à long terme, compte tenu de l’augmentation du prix du carburant, des taxes et des éventuels frais de réparation et d’entretien. Et que l’environnement s’en réjouit en plus, bien sûr. De notre point de vue, un entretien de conseil est réussi grâce à une transparence maximale et à l’élimination des derniers préjugés. Il est important que le vendeur puisse aussi parfaitement conseiller sur les possibilités de subvention et les solutions de recharge, et qu’il ne laisse pas les clients dans l’incertitude. 
 
Conseils des experts Noyo : ces activités supplémentaires peuvent être générées par les voitures électriques
Il existe de nombreuses prestations liées à l’e-mobilité qui sont intéressantes en tant qu’activités complémentaires pour les garages, dont certaines peu connues. L’expertise de Noyo est la suivante : tout d’abord, il y a les services habituels : changement de pneus et inspections du châssis ou des freins. La chaîne cinématique électrique permet de supprimer en grande partie les travaux de maintenance sur les moteurs. Néanmoins, il y aura toujours des réparations, par exemple de dommages causés par des accidents. Dans l’après-vente, la règle est la suivante : si l’on voit plus loin que le bout de son nez, on identifie rapidement des possibilités de chiffre d’affaires supplémentaires, notamment dans le domaine de l’infrastructure. Ainsi, les garagistes peuvent également devenir des conseillers en énergie et vendre ou procurer la Wallbox, le photovoltaïque, le stockage de l’électricité et bien d’autres produits liés à l’électricité verte, puis gagner de l’argent grâce à des modèles de commission. La clé du succès est ici la flexibilité, et celle-ci commence dans la tête.
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

13 + 5 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Commentaires